Fumer la cigarette tue ! Arrêtez avant qu'il ne soit trop tardEnviron 1 français sur 4 est fumeur régulier. Cela représente tout de même plus de 17 millions de personnes. Même si l’age de la première cigarette augmente depuis quelques années, passant de 13 à 15 ans dernièrement, le tabac est un véritable fléau responsable à lui tout seul de plus de 75.000 morts par an en France !

A titre de comparaison, le nombre de personnes tuées à cause d’accidents de la route en 2016 était de 3.469… Soit plus de 20 fois moins de morts que le tabac ! Découvrez sur Pharmaty notre dossier consacré au tabac et aux moyens mis à votre disposition pour arrêter de fumer de façon durable et efficace.

Le tabac est un mal qui touche toutes les couches de la population (jeunes, vieux, hommes, femmes, cadres, ouvriers…). La consommation tend à régresser depuis une dizaine d’années et l’avènement et le développement de la cigarette électronique à accéléré le phénomène.

La consommation de tabac entraine de nombreuses maladies graves parmi lesquelles un large éventail de cancers. L’arrêt du tabac est à la fois une nécessité personnelle mais également sociétale. C’est pour cette raison que les dispositifs de prévention et de « répression » (augmentation du prix des paquets de cigarettes, restriction du droit de fumer dans les lieux publics…) sont en forte progression depuis plus de 10 ans.

Coût pour la société de la consommation de tabac

Avec l’augmentation régulière du prix du paquet de cigarette, consommer du tabac coute de plus en plus cher aux fumeurs. Le prix en 1995 était d’environ 10 Francs le paquet (soit 1.5€), il est aujourd’hui de plus de 7€. Mais le tabac coûte également très cher à la collectivité puisque les dépenses liées à la prévention et aux soins à apporter aux malades atteints par des infections liées à leur consommation se situent aux alentours de 10 milliards d’euros par an en France.

La tabagisme passif concerne particulièrement les enfantsDe nombreuses mesures sont prises pour limiter l’impact du tabac sur la santé. En particulier sur les « fumeurs passifs », personnes qui respirent de la fumée du tabac sans être fumeur.

Chaque personne aura été durant sa vie confronté à ce phénomène. Les experts estiment même que dans certains cas, un fumeur passif respire l’équivalent de 2 ans de consommation de tabac au cours de son existence.

C’est le cas de enfants de fumeurs, des personnes qui travaillaient dans certains lieux publics (restaurants, bars…) avant l’instauration de la loi Évin étendu du 15 novembre 2006 qui interdit la consommation de tabac dans l’ensemble des lieux publics. Source: Récapitulatif de la loi Évin sur le site de l’INPES

Composition d’une cigarette

Lorsque vous fumez une cigarette vous êtes exposé à plus de 4.500 composants donc une quarantaine sont cancérigènes. La fumée combinée de 20 cigarettes (1 paquet) correspond au seuil d’une pic de pollution d’une ville comme Paris. La nicotine n’est pas un élément cancérigène mais elle rend les fumeurs dépendant aux tabac et donc à une exposition à ces substances nocives. Parmi l’ensemble des composants dangereux pour la santé on peut noter:

  • Le goudron.
  • L’arsenic.
  • L’acétone.
  • L’ammoniac.
  • Le benzène.
  • Le monoxyde de carbone.
  • L’oxyde d’azote.
  • L’acide cyanhydrique.
  • Les métaux lourds (mercure, plomb, chrome, cadmium…).

Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive puisque comme nous l’avons vu la fumée de cigarette contient plus de 4.500 substances différentes. Ceci dit cette liste montre qu’en fumant du tabac vous exposez votre organisme ainsi que celui de vos proches à des éléments extrêmement nocif. (Le cadmium, par exemple, met 70 ans à être éliminé par l’organisme).

Effets du tabac sur la santé

Les effets du tabac sur la santé sont nombreux et néfastes. On estime que les fumeurs réguliers ont 2 fois plus de risques de développer une pathologie mortelle liée à la consommation de tabac (cancer, avc, pneumonie…). Il existe des contre-exemples de gros fumeurs qui n’ont jamais eu la moindre maladie, on peut appeler cela l’exception qui confirme la règle.

Les conséquences des effets nocifs du tabac sur la santé sont:

  • Pulmonaires: Cancer, asthme, emphysème.
  • Cardio-Vasculaires: AVC, Embolie, Infarctus, Thrombose.
  • Nasales: Cancer, perte de l’odorat.
  • Circulatoires: Phlébites, varices.
  • Sexuelles: Infertilité, perte d’érection, ménopause précoce.

Les maladies liées au tabac

Nous venons de le voir les conséquences de consommation du tabac sont diverses et variées, c’est ce qui en fait un adversaire très coriace qui ne se focalise pas sur une seule pathologie mais qui touche l’ensemble du corps humain. Voici les maladies les plus courantes liées à la consommation de tabac.

Les Cancers

Bien sûr, la première maladie qui nous vient à l’esprit lorsqu’on parle de tabac c’est le cancer. Une consommation de tabac augmente de 50% le risque de contracter un cancer. En plus d’aggraver l’asthme, la cigarette est la première cause connue des cancers qui sont eux-même la première cause de décès en France. Le tabagisme est responsable de 90% des cancers du poumon, de 70% des cancers des voies respiratoires (œsophage, gorge…), de 40% des cancers de la vessie et de 30% des cancers du pancréas.

Le tabagisme est responsable de ces nombreux cancers car les substances cancérigènes contenues dans la fumée vont modifier les cellules en transformant une cellule « normale » en cellule cancéreuse qui va ensuite se multiplier pour envahir l’organe touché.

Nous allons détailler les 2 principaux cancers dont le tabac est responsable.

Le Cancer du poumon

Le tabac est responsable de 90% des cancers du poumonPlus on a commencé à fumer jeune, plus le risque est élevé. Comme nous venons de le voir le tabac est responsable du cancer du poumon dans 90% des cas (et 5% pour le tabagisme passif). Lorsque vous fumez une cigarette, des goudrons extrêmement cancérigènes (nitrosamines, hydrocarbures aromatiques polycycliques…) se déposent sur les parois de vos poumons.

Avec le temps ces substances vont transformer une cellule bronchique normale en une cellule cancéreuse qui en se développant va créer une tumeur elle même responsable de la prolifération de métastases à distance.

Seules 15% des personnes atteintes d’un cancer du poumon survivent 5 ans après son diagnostic !

Quelques signes avant coureurs peuvent vous alerter sur le cancer du poumon, il faut dans ces cas là consulter rapidement un spécialiste afin de faire un diagnostic le plus précoce possible. Parmi ces signes on peut citer: Des bronchites à répétition, une modification de la voie, des rejets de sang lors de toux, amaigrissement, douleurs thoraciques, toux persistante.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer ! Lors de l’arrêt du tabac vous multiplier par 2 la baisse du risque d’un cancer du poumon en 5 ans. L’espérance de vie redevient identique à une personne non fumeuse au bout de 10 à 15 ans d’arrêt du tabac.

Le Cancer des voies aériennes

Après le cancer du poumon c’est le cancer le plus fréquent chez les fumeurs. Le cancer des voies aériennes se décline en plusieurs cancers: Cancer de la gorge, du pharynx, du larynx ou de l’œsophage. Comme pour le cancer du poumon, c’est la fumée de la cigarette qui va entrainer une modification cellulaire en altérant directement les muqueuses des zones concernées. La consommation de tabac multiplie par 5 le risque de cancer du pharynx et par 10 celui du larynx.

Encore une fois, certains signes doivent vous alerter, on peut citer: Des difficultés à avaler, une douleur à l’oreille, voix enrouée, sensation d’avoir quelque chose de gênant dans la gorge, boule dans le cou, crachats de sang…

Les maladies Cardio-vasculaires

La consommation de tabac à des effets négatifs sur les globules rouges et l’oxygénation du sang, cela entraine une rigidité des artères et une augmentation de la tension artérielle. Cela augmente également l’activité cardiaque, en particulier celui du muscle myocarde. La consommation de tabac est un facteur de risque de ces maladies et particulièrement chez les personnes jeunes. En effet 80% des personnes victimes d’un infarctus du myocarde (crise cardiaque) avant l’age de 45 ans sont des fumeurs.

Fumer augmente également le risque de rupture d’anévrisme, d’AVC et d’artères bouchées.

Le diabète

Comme beaucoup d’autres maladies le diabète est lui aussi aggravé par le tabac. Les personnes atteinte de diabète ont déjà un risque plus élevé que les autres concernant les maladies cardio-vasculaires. La présence du monoxyde de carbone dans la fumée de cigarette entraine une élévation du rythme cardiaque et une modification de la circulation sanguine. Les conséquences peuvent être désastreuses. Le fait d’être fumeur augmente également le risque de contracter un diabète de type II.

Maladies dentaires

La fumée de cigarette modifie la salive et l’équilibre buccal ce qui va entrainer le développement des maladies bucco-dentaires parmi lesquelles les gingivites (inflammation de la gencive), les parodontites (inflammation plus avancée avec destruction des tissus de support), les caries dentaires (les acides responsables ne sont plus neutralisés par la salive) ou les cancers de la cavité buccale (gorge, langue, mâchoire…).

Bronchite chronique et emphysème

Le tabac est la première cause des maladies respiratoires, en plus d’aggraver l’asthme il contribue au développement de la bronchite chronique qui peut évoluer, en cas de complications, vers une insuffisance respiratoire. Le tabac contribue également au développement de l’emphysème qui est une maladie qui se caractérise par une dilatation excessive des alvéoles pulmonaires pouvant entrainer la rupture de leur paroi. Ces emphysèmes sont beaucoup plus présents chez les personnes qui fument.

Tabac et grossesse

Arrêtez de fumer si vous êtes enceinte !Le tabac influence également le déroulement d’une grossesse. En effet les spécialistes ont pu établir une corrélation entre certaines pathologies et le tabagisme.

On peut noter une augmentation du risque de fausse couche, d’accouchement prématuré et de complications à la naissance. Une augmentation des risques de cancer du sein, aggravé par la prise d’une pilule comme moyen de contraception.

Diffusion de substances toxiques et potentiellement cancérigènes via le lait maternel en cas d’allaitement. Une augmentation des malformations au niveau de la bouche (bec de lièvre…)

Tabagisme passif

Comme nous l’avons déjà vu auparavant, le tabagisme passif est responsable de 5% des cancers du poumon. Les personnes qui n’ont jamais fumer une seule cigarette de leur vie peuvent être confrontée à un cancer du au tabac. C’est pour cette raison que les pouvoirs publics ont durci les lois concernant le tabagisme. Chez les nouveaux nés et les enfants en bas age le tabagisme passif peut entrainer une augmentation des symptômes suivants:

  • Pneumonie, bronchite, bronchiolite.
  • Syndrome de la mort subite du nourrisson.
  • Otites à répétition.
  • Toux persistante.
  • Développement d’allergies.
  • Brûlure, ingestion de mégot.

La dépendance au tabac

La nicotine créé une forte dépendance au tabacLe problème majeur du tabac vient de l’accoutumance. Une personne qui fume régulièrement a beaucoup de mal à se passer de cigarettes même si elle sait que c’est néfaste pour sa santé. Plusieurs composants du tabac entrainent une dépendance, en premier lieu desquels la Nicotine.

Elle n’est pas la seule responsable de l’addiction mais elle joue un rôle prépondérant. C’est une molécule alcaloïde toxique présente dans les feuilles de tabac. Elle possède des propriétés fongicides (contre les champignons) et insecticides. A noter que l’on retrouve des taux de nicotine de plus en plus important dans les eaux, phénomène du à l’abandon de nombreux mégots par les fumeurs dans la nature.

La nicotine a divers effet sur le corps humain, elle induit une augmentation de la pression artérielle et du rythme cardiaque. Elle entraine une augmentation de production et libération d’hormones telles que la sérotonine et la dopamine qui vont entrainer une sensation d’euphorie et de bien être. C’est ce genre de sensations que recherche le fumeur…

En plus de la nicotine, on peut citer comme molécules développant la dépendance: l’acétone, le goudron, l’arsenic…

Comment arrêter de fumer ?

C’est la question la plus fréquente chez les fumeurs. On estime qu’en France 2.000 personnes arrêtent de fumer par jour. Soit environ 700.000 personnes par an (sur les 16 millions de fumeurs). Parmi elles 70% ne réussiront pas à tenir plus d’une semaine… Et très peu arrivent l’arrêt total lors de la première tentative. Alors pourquoi ce taux d’échec élevé ? Pourquoi est-ce si dur d’arrêter de fumer ?

Les fumeurs sont très dépendantes, le tabac doit être considéré comme une drogue. Les fumeurs sont accroc à la nicotine et à ses effets de stimulation du cerveau en créant des sensations de bien être. La nicotine est psycho active, elle va prendre la place des neurotransmetteurs naturels du cerveau en se fixant à leur place sur les neurones qui engendrent la production de dopamine et de sérotonine. Ce remplacement va doper leur production.

Lorsqu’un fumeur ne fume pas pendant un laps de temps assez important la production d’endorphine baisse dans le corps entrainant un manque. Ce manque se traduit par un changement du comportement avec des périodes de stress, de nervosité, d’anxiété, d’irritabilité… qui seront immédiatement calmées par une bouffée de fumée. Il faut environ 10 secondes à la nicotine pour faire effet sur le cerveau…

Lors d’un arrêt définitif du tabac la sensation de manque sera durable, intense et ne diminuera pas rapidement avec le temps. C’est le sevrage tabagique, il peut entrainer des périodes de stress, d’angoisse, d’agitation (perte du sommeil) et parfois de dépression. Le cerveau a besoin d’être réhabitué à des taux d’endorphines normaux. Le fumeur a habitué son cerveau à des taux de ces molécules bien trop élevé par rapport à la normale. Le cerveau s’est habitué et redemande plus d’endorphines…

Les différentes méthodes pour arrêter de fumer

Il existe de nombreuses méthodes plus ou moins efficaces et plus ou moins adaptées à chaque personne. Cependant ces méthodes ont toutes un élément en commun: la motivation ! En effet sans motivation il y a 100% d’échec lors d’une tentative d’arrêt du tabac. Une fois que vous êtes motivé vous pouvez décider d’arrêter la cigarette par une méthode ou une autre. Cette motivation doit être à la fois psychologique et physique. Il faut trouver des leviers pour faire naître et développer cette motivation. On peut citer par exemple:

  • Retrouver une respiration normale.
  • Retrouver une espérance de vie normale.
  • Ne plus être essoufflé au moindre effort.
  • Ne plus voir son argent partir en fumée.
  • Arrêter d’avoir les dents jaunes/marron.
  • Retrouver une qualité de peau.

Les sources de motivations sont nombreuses, à vous de trouver celle qui vous correspond le mieux. Il n’y a pas de recette miracle, chaque individu pourra trouver celle qui sera le moteur de sa volonté de dire stop de façon définitive au tabagisme.

La dépendance à la nicotine est forte et elle agit à 3 niveaux sur notre organisme. C’est pour cette raison que s’en débarrasser est extrêmement difficile. On l’a vu elle agit sur le côté physique (tension artérielle), psychologique (nervosité, anxiété…) mais également sur le côté comportemental, pour certaines personnes fumer peut être un rituel, la première cigarette du matin, celle qui accompagne le café après le repas de midi ou celle qui termine la journée avant de se mettre au lit. Modifier ces comportements c’est chambouler ses habitudes de vie et c’est parfois difficile…

Arrêter de fumer avec des médicaments

Les laboratoires pharmaceutiques se sont bien évidemment penchés sur le sujet du tabagisme. Après de nombreuses tentatives plus ou moins couronnées de succès les spécialistes en addictologie conseille plusieurs médicaments aux personnes qui souhaitent réellement arrêter de fumer. Tout d’abord vous pouvez acheter Zyban, un médicament à base de bupropion (psychotrope) fabriqué par le laboratoire GSK (Glaxo Smith Kline) qui permet un sevrage tabagique. Zyban possède 3 avantages importants: Un arrêt en douceur, pas d’impact sur la libido et il ne fait pas grossir.

Plus récemment (2007) est arrivé une nouvelle molécule pour aider l’arrêt du tabac: la varénicline. Vous pouvez acheter Champix, le médicament qui contient cette molécule pour vous aider à stopper votre consommation de tabac. Ce médicament est disponible uniquement sur ordonnance et vous pouvez vous le procurer via une pharmacie en ligne agréée. A noter que le Champix est incompatible avec les médicaments traitant les allergies (antihistaminiques).

Vous trouverez également les traditionnels médicaments à la nicotine: patch, chewing-gum, comprimés, inhalateurs… Contrairement aux 2 médicaments précédent il est impératif d’arrêter de fumer lors de la prise de ces traitements. Les médicaments à la nicotine sont les plus connus mais également les moins efficaces. En effet il ne font que déplacer le problème. L’addiction à la nicotine est toujours présente, seul son mode d’administration change. Les risques de rechute sont plus élevés qu’avec un traitement médicamenteux sans cette molécule.

Arrêter de fumer avec les médecines alternatives

Même si aucune de ces méthodes n’a été démontrée scientifiquement de plus en plus de personnes réussissent à arrêter de fumer grâce aux médecines alternatives. On peut citer l’acuponcture (médecine chinoise), l’hypnose, l’auriculothérapie (acuponcture de l’oreille), la sophrologie, l’homéopathie…
Encore une fois, c’est à la personne concernée de choisir le moyen le plus adapté à sa situation. N’oubliez pas que le meilleur moyen de réussir est d’avoir une motivation sans faille.

Traitements pour arrêter de fumer
4.7 (93.89%) 36 votes